Cultivez de saines habitudes financières pour voir s’épanouir vos projets !

Le fameux budget ! Rébarbatif pour certains, routinier pour d’autres, il est très certainement un outil de choix pour quiconque veut y voir clair dans ses finances personnelles.

Un budget est un moyen de prendre le contrôle de ses finances personnelles et de faire le meilleur usage de son revenu pour combler ses besoins selon ses valeurs et ses préférences. Cet exercice permet aussi de mieux planifier et de s'assurer de l'atteinte de ses objectifs et de ses aspirations. Lorsqu'on réalise où va son argent, déjà, certaines options peuvent devenir plus claires.

Dans la mesure où nous avons des besoins essentiels à combler (logement, alimentation, chauffage, transport, vêtements, frais de garde et scolaires pour les enfants, etc.) et des besoins autres tels les loisirs, les voyages ou la dixième paire de chaussures… il faut comprendre sa situation pour distinguer ce qui est essentiel et ce qui est superflu. Il est possible alors d'établir ses dépenses selon ses priorités.

En somme, faire un budget vous permettra :

  • de connaître votre situation financière réelle;
  • de déterminer la somme d'argent nécessaire pour combler vos besoins essentiels;
  • d'atteindre votre objectif et de reprendre le contrôle de vos dépenses;
  • d'évaluer vos dépenses quotidiennes;
  • d'établir vos priorités servant de fondement à vos choix en matière de consommation;
  • et qui sait, d'épargner pour les jours plus difficiles ou faire en sorte qu'un rêve cher devienne réalité.

La première étape vers une saine gestion financière est de connaître sa réalité et ses habitudes de consommation. Il ne sert à rien de se mettre la tête dans le sable en matière de finances.

Concrètement,  il faut établir un bilan complet de ses finances personnelles :

  • Voici les éléments qui doivent figurer au bilan :
  • Les revenus nets exacts (je dispose de combien par mois)
  • Les dépenses courantes (à tous les mois) : fixes (les comptes par exemple le loyer, Hydro-Québec et les services de télécommunication) et variables (nourriture, vêtements, frais de garde, essence, etc.)
  • Les dépenses annuelles (à prévoir) par exemple les immatriculations de véhicule, le permis de conduire, les frais dentaires, la rentrée scolaire, etc.)
  • Les actifs ( maison, immeuble, chalet)
  • Les dettes (carte de crédit, marge de crédit, prêt personnel, prêt auto, dettes d’études, etc.)
  • L’épargne (coussin de sécurité, REER, CELI, placements, etc.)

À la fin de l’exercice on est en mesure de constater si notre budget est équilibré, déficitaire  ou excédentaire.

Ensuite, l’objectif est d’agir conséquemment avec le résultat obtenu. Si le budget est équilibré, félicitations ! Vous pouvez cependant revoir vos modalités d’épargne en fonction de vos objectifs à court, moyen et long terme.

Si les revenus actuels sont insuffisants pour couvrir les dépenses et que le budget est déficitaire pas de panique ! Diverses solutions  peuvent être envisagées. Les solutions qui suivent  sont placées de la plus simple à la plus complexe, celles en fin de liste étant plus nuisibles  à la cote de crédit).

  1. Revoir le budget pour vérifier si certains postes peuvent êtres modifiés temporairement ou de façon définitive. On fait parfois des constats surprenants en additionnant de petits montants (les fameux cafés au resto ou au bureau par exemple). On peut ainsi redistribuer l’argent là où ça compte pour nous.
  2. Vendre certains actifs peut s’avérer une solution efficace si les montants qu’on en retire sont substantiels (résidence secondaire, chalet, véhicule récréatif, etc.).  Cependant, vendre son téléviseur (ou autre objet) pour payer sa facture de cellulaire n’est pas une solution viable puisque le mois d’après la solution ne sera plus applicable.
  3. Faire une consolidation de dettes permet de rassembler plusieurs dettes en un seul prêt  dans une institution financière. Cette solution permet de payer un taux d’intérêt moins élevé en plus de simplifier la gestion (un seul paiement à faire). Par contre, il ne faut pas attendre d’avoir trop de retard dans ses paiements avant d’envisager cette solution car la consolidation doit être approuvée par l’institution financière au même titre que tout autre prêt.
  4. Le dépôt volontaire peut être envisagé si la mesure précédente n’a pas été possible ou si vos moyens financiers ne vous permettent pas cette situation. Il s’agit d’une solution légale à l’endettement. La personne qui veut effectuer un dépôt volontaire doit communiquer avec le Greffe de sa municipalité (au palais de justice) où il remet une liste de tous ses créanciers avec les montants en souffrance. Cette mesure protège contre les saisies de salaire et de biens sauf la résidence si elle est hypothéquée. Une fois les dettes placées sous dépôt volontaires vous devrez effectuer un versement d’argent à tous les mois au prorata de votre revenu mensuel jusqu’à l’extinction des dettes. Le taux légal d’intérêt s’applique alors sur la dette (5%) jusqu’au paiement complet.
  5. La proposition de consommateur est une solution légale et doit être gérée par un syndic de faillite obligatoirement. Cette solution peut permettre de payer seulement une partie de ses dettes sans intérêt. De plus, cette mesure protège contre les saisies de biens et de salaire. Mais la proposition doit être acceptée par les créanciers et a de lourdes conséquences sur le dossier de crédit (note au dossier trois ans après la fin des paiements).
  6. La faillite est la solution de dernier recours. Elle permet d’échanger vos biens contre vos dettes et de mettre fin à celles-ci. Pour déclarer faillite vous devez obligatoirement faire appel à un syndic. Faire faillite ce n’est pas non plus gratuit, il y a des montants à débourser durant plusieurs mois en fonction de vos revenus, de vos actifs et du montant global de a faillite. Cette solution est la plus couteuse au plan du dossier de crédit car celui-ci demeure «entaché» pour sept ans.

TEST: Votre santé financière

Nous pouvons vous aider à y voir clair et à trouver des solutions!

FAITES LE TEST